Automne

Chaque automne, c’est pareil. Le changement de température me rentre dedans, comme si j’étais en SPM pendant tout octobre et novembre. J’sais pas pourquoi j’trouve ça si difficile de laisser partir l’été! Y’a pas juste le raccourcissement des journées et la température qui se refroidit, je trouve que tout est gris, monotone, et tous le monde est moins joyeux. Pis moi, ça m’affecte. Après 2 semaines au ralenti, à me demander où ma vie s’en va (oui oui, c’est si pire que ça), j’ai décidé que cette année, c’est pas vrai que j’vais me morfondre jusqu’en décembre!

 

Prends des journée off de toute toute toute.

C’est pas un crime de passer un dimanche en pyj à regarder des séries. T’as envie de rien faire? Fais-le. T’as le droit. T’as le droit de refuser des invitations et de prendre moins d’engagements. Profites-en pour prendre du temps pour toi.

 

Prévois une heure de sommeil de plus qu’à l’habitude

Quand l’hiver approche, notre corps cherche naturellement à augmenter ses heures de sommeil. C’est prouvé! Au lieu de te lever tout croche le matin, essaies de te coucher une heure plus tôt.

 

Prends le temps de te cuisiner des petits plats santé

J’sais pas pourquoi, mais en plus de la mauvaise humeur et de la fatigue, j’ai souvent une rage de malbouffe. Avec la lâcheté qui embarque, ça finit souvent par un arrêt au resto. C’est fou comme l’alimentation peut jouer sur bien des choses! Essaie de manger des aliments plein de vitamines au lieu de manger 2-3 poutines par semaines (pas de jugement svp).

 

Fais un peu de sport (même si ça t’tente pas)

Je sais, pas facile de se botter le derrière quand t’as envie de rien faire. Mais pour vrai, une p’tite heure au gym (ou n’importe quelle autre activité physique), ça libère l’esprit, ça redonne de l’énergie et ça te met de bonne humeur!

 

Rédige une liste de gratitude!

Ça a peut-être l’air quétaine à mort, mais pour vrai, ça permet de plus prendre conscience des p’tites choses le fun qui nous arrive. Pas obligé d’être écrit au propre dans un beau cahier là. Ça peut-être fait mentalement ou sur une napkin entre deux cafés.

 

 

 

Et n’oublie pas, c’est temporaire! On serait 18% de la population à souffrir de dépression saisonnière, surtout à l’automne. Alors on peut dire qu’on est normaux, nous autre, les gens qui aiment pas le temps gris.